ONU – Londres met en place une zone à très faibles émissions

Face aux enjeux sanitaires liés à une mauvaise qualité de l’air et à la problématique du dépassement des valeurs limites réglementaires des concentrations en particules et en dioxyde d’azote, plusieurs pays européens ont mis en oeuvre depuis les années 2000 des zones dont l’accès est interdit aux véhicules les plus polluants : les Low Emission Zones (LEZ) ou zone à faibles émissions. Le principe d’une LEZ repose sur l’interdiction d’accès à une ville (ou partie de ville) pour les véhicules qui ne répondent pas à certaines normes d’émissions ou d’équipements (normes Euro et/ou présence d’un filtre à particules).

En France, ce type de dispositif est mis en oeuvre à Paris depuis 2015. Il est aussi expérimenté à Grenoble depuis 2017 et à Strasbourg depuis 2018.

Le maire de Londres, Sadiq Khan, a mis en place la première zone au monde à très faibles émissions 24/24 dans le but d’améliorer la qualité de l’air dans la ville. “Ulez” en anglais pour ultra low emission zone fonctionnera 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 et visera à réduire le nombre de véhicules diesel pénétrant dans le centre de la ville. Les voitures, les fourgonnettes et les motos ne répondant pas aux normes devront payer 12,50 livres par jour (16,30 dollars des États-Unis), tandis que les camions, les bus et les autocars devront régler la somme de 100 livres par jour (130,43 dollars des États-Unis) à leur entrée dans la zone.

Sources ONU-ADEME

Nous suivre

Separator image .