OMM – Rapport United in Science

“Unis dans la science”: les principaux organismes climatologiques mondiaux ont produit un rapport à destination du Sommet Action Climat organisé par l’ONU. Sont impliqués dans ce rapport Organisation Météorolique Mondiale, Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), Projet mondial sur le carbone (GCP), Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), initiative Future Earth, alliance Earth League et Cadre mondial pour les services climatologiques.

Ce rapport, en anglais, est disponible ici.

Quelques phrases à retenir, en ces temps d’incantations politiques sans engagements concrets et d’attaques sur une jeune fille iconique qui masquent la réalité des faits et de notre situation: 

  • Ce rapport met “en relief l’écart flagrant – et croissant – entre les objectifs convenus pour lutter contre le réchauffement de la planète et la réalité
  • “La température moyenne mondiale de la période 2015–2019 devrait être la plus élevée jamais enregistrée toutes périodes équivalentes confondues.”
  • “Les niveaux des principaux gaz à effet de serre persistants, le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4) et le protoxyde d’azote (N2O), ont atteint de nouveaux pics.
  • “En 2018, les émissions de dioxyde de carbone ont augmenté de 2 % pour atteindre un niveau record de 37 milliards de tonnes de CO2. Elles ne montrent toujours aucun signe de plafonnement, même si leur croissance est plus lente que celle de l’économie mondiale.”
  • “La consommation de combustibles fossiles continue de progresser
  • “Les émissions mondiales de gaz à effet de serre ne devraient pas culminer d’ici à 2030 et encore moins d’ici à 2020, si les politiques climatiques et niveaux d’ambition actuels des contributions déterminées au niveau national (CDN) sont maintenus. On estime que les présentes CDN réduiront les émissions mondiales en 2030 d’un maximum de 6 GtéqCO2 par rapport à la poursuite des politiques actuelles. Ce niveau d’ambition doit être multiplié par trois environ pour respecter la limite de 2 °C et approximativement par cinq pour respecter celle de 1,5 °C.
  • “Il n’est pas physiquement impossible de limiter le réchauffement planétaire à 1,5 ºC mais il faudrait, pour ce faire, modifier de manière inédite tous les aspects de la société
  • “Les données scientifiques globales mettent en relief le rôle dominant des êtres humains dans les changements du système Terre dans le contexte d’une nouvelle période géologique, l’Anthropocène”

“Bonne” lecture!

.