Izwe Focus – Quels indicateurs alternatifs au PIB?

Indicateur économique défini en 1934 permettant de mesurer la production de richesses d’un pays, le produit intérieur brut (PIB) mesure la valeur de tous les biens et services produits dans un pays sur une année. Le PIB reflète donc l’activité économique interne d’un pays et la variation du PIB d’une période à l’autre est censée mesurer son taux de croissance économique.

En 3mn pour comprendre dans la série “Dessine moi l’éco”:

Se limiter au PIB pour mesurer “l’état” d’un pays, c’est se limiter à une approche comptable de la santé de ce pays et c’est ne pas tenir compte des activités bénévoles, culturelles, altruistes.

De plus, le développement durable n’est pas pris en compte tout comme la consommation des ressources nécessaires à la production des biens et services, ainsi que les impacts écologiques associés.

Quels autres indicateurs pour mesurer le bien être d’un pays?

Pour répondre à cette question, nous vous proposons tout d’abord la lecture de cet article sur Slate.fr, “Comment mesurer le bien être?“.

A retenir, le PIB est contesté, de par sa seule utilisation, depuis de nombreuses années et par également les grandes organisations économiques tel le FMI, la Banque Mondiale, l’ONU ou l’OCDE. L’OCDE proposait dès 2006 des alternatives au PIB (Chapitre 6 de leur publication Réformes économiques: Objectif croissance 2006).

Un “indice de développement inclusif» (IDI)” qui pourrait mesurer différemment la croissance a par ailleurs été proposé au dernier Forum économique de Davos.

Ce nouvel indicateur prend en compte douze paramètres regroupés selon trois piliers:

  • la croissance et développement,
  • l’inclusion,
  • l’équité générationnelle, qui prend en compte le développement durable des ressources naturelles.
Critères du classement IDI du Forum économique mondial. WEF

Selon cette approche, Norvège, Islande et Luxembourg se partagent le podium des pays les plus inclusifs.

Une autre lecture intéressante via cet article de l’école normale supérieure – Sciences économiques et sociales, un peu ancien mais toujours d’actualité, sur la thématique “Peut-on mesurer le bonheur ? Réflexions sur les indicateurs de bien-être”.

Il est donc possible de sortir de la simple approche économique, c’est même plus que nécessaire si l’on veut changer nos points de vue sur les politiques publiques et privées menées et donc leurs évaluations. En effet, la croissance n’est plus assimilable au progrès.

Sources: Wikipedia, Slate.fr, WEF, SES-ENS, businessinsider.fr

Bonnes lectures!

Nous suivre

.