IZWE Focus – Pourquoi voter aux élections européennes?

Image par Wokandapix de Pixabay

Du 23 au 26 mai 2019 ont lieu les élections des représentants des citoyens au Parlement européen. Ces députés ont la tâche de bâtir, ces 5 prochaines années, les textes de lois appliqués par les Etats de l’Union européenne. En France, le vote a lieu dimanche 26 mai (le 25 mai dans une partie de l’outre-mer).

Le Brexit a un impact sur le nombre de députés

Le Brexit n’ayant pas été validé, 751 sièges sont à pourvoir dans le cadre de cette élection, 74 sièges de députés étant dévolus à la France, à l’identique de la législature 2014-2019.

En cas de validation du Brexit en cours de législature, le nombre de sièges passera à 705. L’Union européenne a profité de l’occasion pour rééquilibrer la composition du Parlement européen et allouer des sièges supplémentaires à huit Etats membres démographiquement “sous-représentés”. C’est le cas de la France, qui sera représentée par 79 députés, soit 5 de plus que pour la législature 2014-2019.

Donc, dans un premier temps, nous désignerons en France 74 euro députés, nombre qui passera à 79 en cas de validation du Brexit.

C’est pour cela que les 34 listes en compétition ont chacune 79 personnes en position éligible.

Les pouvoirs et attributions du Parlement européen

le Parlement européen exerce trois compétences fondamentales :

  • Un rôle législatif : dans l’Union, c’est la Commission européenne qui a le monopole de l’initiative. Les Commissaires européens sont les seuls à pouvoir proposer des textes. Ceux-ci sont ensuite débattus à la fois par le Conseil de l’Union européenne (qui rassemble, pour un sujet donné, les ministres compétents de chaque pays) et par le Parlement européen ;
  • Un rôle de surveillance : en clair, le Parlement a un droit de regard sur le travail de la Commission. Il élit le président de cette Commission et a le pouvoir de la faire démissionner ;
  • Un rôle budgétaire : le Parlement approuve le budget de l’UE, en collaboration avec le Conseil de l’UE.

On voit donc que c’est la Commission européenne qui, en tant qu’organe exécutif de l’UE, propose et met en application les lois européennes. C’est en priorité elle, et elle seule, qui peut émettre des propositions de textes législatifs.

Toutefois, le Parlement européen peut également à la majorité des membres qui le composent, demander à la Commission de soumettre toute proposition appropriée sur les questions qui lui paraissent nécessiter l’élaboration d’un acte de l’Union pour la mise en œuvre des traités. Si la Commission ne soumet pas de proposition, elle en communique les raisons au Parlement européen.

Le travail de surveillance est également important. Deux exemples récents qui nous touchent:

Le parlement a donc des capacités de proposition et d’intervention.

Les prochaines échéances des futurs euro députés

Nos futurs euro députés, élus pour 5 ans, auront à vivre et statuer sur

  • Le bilan catastrophique du protocole d’Aichi, dont les échéances de lutte pour la biodiversité et contre la pauvreté sont à 2020! L’Europe devra se positionner sur le constat d’échec d’atteinte des objectifs et se mettre en ligne pour proposer et mettre en oeuvre des solutions concrètes.
  • Les résultats du prochain sommet climat des Nations Unies le 23 septembre prochain, toujours dans une réflexion de mise en oeuvre de solutions,
  • A l’identique pour la prochaine COP 25, en décembre prochain, le G7, le sommet du climat en Afrique, …

Au delà de ces rendez vous, le parlement devra statuer sur les nécessaires transformations économiques, budgétaires, sociétales et structurelles de l’Europe afin de faire face aux enjeux urgents de la transition que nous vivons et de la lutte contre la pauvreté.

Les 5 à 10 prochaines années sont primordiales pour l’impulsion d’une politique de changements, et les députés que nous allons élire seront partie prenante de ces changements incontournables pour notre avenir et celui de notre planète. 

.